Rosa Mystica, une mission catholique exaltante

Bonjour à tous !
En ce beau matin tout ensoleillé et très chaud, il faut le dire, aux Philippines, je vous retranscris un article qui devait paraître dans le journal Présent il y a quelques jours je pense, (ben oui !!! ça commence à se savoir qu’il y a une mission spéciale aux Philippines !!!).
Après maintes corrections en voilà le texte intégral.

 

Présent a déjà présenté la mission ROSA MYSTICA à laquelle l’ACIM (Association Catholique des Infirmières et Médecins catholiques) a participé en août dernier aux Philippines. Le Dr Jean-Pierre Dickès, président de l’ACIM était alors parti avec Claudie Debavelaere, pharmacienne lilloise, et un étudiant en médecine Xavier Losco, pour une action médicale enthousiasmante et mémorable.
Il existe, sur le territoire philippin, des centaines de missions humanitaires ou médicales, émanant pour la plupart d’ONG plus ou moins connues ou d’une des nombreuses églises protestantes, notamment anglo-saxonnes. A de rares exceptions, si leur impact réel et médiatique reste très lié aux importants moyens financiers dont elles peuvent disposer, ces missions sont éphémères.
L’originalité de ROSA MYSTICA tient à son ancrage local durable. Grâce aux nombreux donateurs anonymes, ACIM ASIA dispose à General Santos, sur l’île de Mindanao, d’un dispensaire permanent, « managé » par Yolly une infirmière au dévouement et aux talents d’organisatrice extraordinaires, secrétaire générale d’ACIM ASIA.
Mindanao, par la superficie, est la deuxième île et l’une des régions les plus pauvres du pays, en particulier en raison de la pression islamiste qui s’exerce au détriment des villageois. Ceux-ci se réfugient des les villes où ils trouvent avec une sécurité un peu meilleure, la misère des banlieues surpeuplées.
Depuis la fin du mois de février, Clotilde Bur, une infirmière volontaire bénévole de Dax, est en position de précurseur pour la mission du mois d’août prochain. Elle répond à nos questions.

Que recherchiez-vous dans cette mission ?
Initialement, je suis partie aider en mettant mes capacités personnelles et professionnelles au service d’ACIM ASIA; j’avais lu dans les Cahiers Saint Raphaël, le compte rendu de la mission d’août à laquelle ont participé des soignants de sept nations différentes. Et je souhaitais à mon tour, avant que d’autres préoccupations familiales n’accaparent ma vie quotidienne, offrir un peu de mon temps. Je suis ici depuis quatre mois, et je ne repartirai que début septembre : si je pensais en arrivant que mon activité d’infirmière serait importante, je peux affirmer désormais que cet aspect est assez secondaire. L’équipe d’ACIM ASIA essaie de suivre les 2000 personnes qu’elle a aidées l’an dernier, pour continuer à les soutenir médicalement, matériellement et spirituellement. Mais ces personnes en amènent d’autres. Et ce n’est pas simple de donner à chacun ce qu’il attend ! Yolly par exemple, n’hésite pas à se priver de l’un ou l’autre de ses repas pour le donner aux plus pauvres. Un puits sans fond. Les Philippins ne sont pas résignés ou fatalistes : beaucoup apportent leur aide ou leur concours à l’Office d’ACIM ASIA : « ma’am Gloria », une infirmière à la retraite, Judith libraire, Marie-Caritas comptable, Kitz, Kody, Patrick … et tous les autres anonymes, qu’ils soient étudiants infirmiers, infirmiers, chômeurs … Sans compter les médecins et les pharmaciens, catholiques ou sympathisants, avec lesquels l’ACIM ASIA coopère régulièrement ou occasionnellement. Prouver à toute l’équipe que la « petite française » pouvait s’intégrer malgré la différence de culture n’a pas été aisé. Mais les buts poursuivis correspondent tellement à mes aspirations que les difficultés culturelles, linguistiques, climatiques, … sont passées au second plan.

On dit souvent en France que nous ne pouvons pas prendre en charge toute la misère du monde ?

C’est parfaitement exact. C’est même ce qu’il y a de plus frustrant dans le travail « humanitaire » au sens où l’entendent les associations laïques. Savoir que, quoique l’on fasse, la misère humaine n’est que fort peu soulagée par l’engagement individuel ou collectif, quelques soient les moyens consentis. Mais c’est oublier que les vertus de ceux qui possèdent (la santé, l’aisance, l’intelligence, ..) devraient se fortifier par l’aide apportée à ceux qui sont démunis ; eux-mêmes pouvant s’élever par la simplicité à accepter l’aide offerte. Nous sommes catholiques : revenons à l’essentiel. Jésus n’a jamais prétendu guérir tous les malades de Judée. Ce fut une sorte de cas par cas au fil de ses trois années de pérégrination, de vie publique. Il voulait avant tout porter Son témoignage. Il apportait Son amour aux pauvres et aux affligés. A un niveau très humble, chacun ici tâche de transmettre Son message évangélique. En respectant strictement la personne ; cet indispensable respect des individus est primordial : il s’est pourtant dévoyé dans trop de régions du monde au contact d’idéologies mortifères ; jusqu’à devenir par une inversion étonnante, un monstrueux appareil qui déjà élimine dès le sein maternel, ceux qui étant les plus faibles, auraient par nécessité le plus besoin de protection. C’est aussi une partie de l’originalité de ROSA MYSTICA : ce message de compassion et d’amour, elle s’emploie à le porter partout, car la misère et la souffrance n’ont pas de frontières, notamment idéologiques. A le porter, avant qu’il ne soit trop tard pour travailler, aux mourants, aux nécessiteux, aux démunis, qui (re)découvrent ce qui souvent leur était caché : leur âme et les vérités dont elle avait soif. C’est pour cela que je suis à Mindanao. De plus, ce qui est semé ici germe, croît et fructifie à une vitesse incroyable !

En Pratique comment cela se traduit-il ?

Parler de Dieu à un nanti est souvent compliqué ou stérile : il a trop de préoccupations. Mais parler de Dieu à une personne qui meurt de faim ou à quelqu’un qui souffre énormément (par exemple d’un cancer du foie), cela n’a pas de sens; l’équipe s’applique donc aux oeuvres de charité corporelle : fournir des moyens de subsister (nourriture, vêtement), soulager comme elle peut les souffrances des personnes et des familles qui viennent à l’office, visiter les indigents … Les actes sonnent plus haut que les paroles disent les anglais (acts sound louder than words !). Ici, avoir une maladie ou un accident grave, et n’avoir ni argent, ni famille capable de payer les soins est un arrêt de mort. Avec l’argent des bienfaiteurs, celui envoyé par l’ACIM, les bénévoles de ROSA MYSTICA essayent de soulager ces souffrances en achetant et en distribuant les médicaments indispensables, en adressant les malades qui ne peuvent être traités sur place à l’un des vingt ou trente médecins philippins de la région qui, par compassion ou charité, accepte de consulter sans se faire payer. Parler des vertus, de la mort et de la vie éternelle, de Dieu ? Cela vient naturellement en réponse à la question des yeux ou des lèvres : « pourquoi fais-tu cela ? Qu’est-ce qui te pousse à m’aider si gentiment ? Ca n’a pas de sens dans ce monde qui ne pense qu’à accumuler les biens matériels et le confort – et dont je suis d’ailleurs exclu ». Alors oui, nous parlons. Catéchisme dans les quartiers où vivent les plus démunis (squatters areas), diffusion vers les médecins, les infirmiers, les étudiants, les pharmaciens, des traductions des Cahiers Saint Raphaël, conférence dans les collèges, les lycées et les universités … Les prêtres de la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X sont très actifs et répondent toujours présent, malgré un ministère épuisant. Messe, baptêmes, communions, processions, par 40° à l’ombre, ou comme en ce moment, sous les pluies torrentielles … Ici, un petit chapelet en plastique, c’est un trésor, un cadeau princier, qu’il est difficile de s’acheter … Imaginez la fête, lorsqu’un colis arrivé d’Europe permet d’en distribuer à quelques dizaines d’enfants ravis !

Avez vous quelques résultats ?
Du point de vue médical, les réalisations parlent d’elles-mêmes. La mission médicale de l’an passé a déjà fait l’objet de comptes-rendus précis : Kim par exemple, une pédiatre sud-coréenne, avait soigné 90 enfants au cours d’une seule matinée … La mission du mois d’août prochain se déroulera sur l’île de Mindanao, dans la province de Sarangani, à Alabel, situé à une vingtaine de kilomètres à l’est de General Santos. C’est la région la plus pauvre des Philippines. Les gens vivent là en costume traditionnel. La commune compte un seul médecin pour 70 000 habitants. La municipalité mettra une petite infrastructure à disposition. Nous pensons pouvoir soigner 4 000 personnes. Seize médecins ont déjà annoncé leur participation. Aux douze français de l’équipe s’ajoutera une pédiatre polonaise. ACIM ASIA pourra aussi compter sur l’aide importante d’infirmières et d’élèves infirmières de la région, des équipes des Apôtres de Marie (le MJCF [Mouvement de la Jeunesse Catholique Française] local) ; et aussi d’une vingtaine de médecins philippins, et au moins autant de simples bénévoles.
Du point de vue spirituel, la population est majoritairement catholique : les gens connaissent mieux peut-être qu’en France le caractère éphémère et fragile de la vie sur terre. Pourtant, la pratique religieuse est amoindrie, et la docilité aux campagnes « d’information » officielles, faute de formation appropriée, est étonnante. C’est pourquoi ACIM ASIA prépare, édite et diffuse des documents papier et vidéo destinés à influencer les décisions de la nation en matière de procréation et de régulation des naissances. Un clip de sensibilisation sur l’avortement devrait ainsi être diffusé prochainement sur une des chaînes de la télévision nationale ; de même que l’an dernier il y avait eu deux reportages télédiffusés sur ROSA MYSTICA. L’information ici n’est pas verrouillée comme en France par la pensée unique.

Vous sentez-vous en sécurité là-bas ?
Une fois acclimatée aux particularités de la faune locale (serpents, araignées, insectes…) il reste la même prudence élémentaire à respecter qu’en France : des horaires, des quartiers et des attitudes à éviter. Le danger principal est de se perdre dans la multitude de ruelles poussiéreuse. A General Santos, 500.000 habitants, il n’y a que deux routes bitumées. L’armée qui est venue aider l’an dernier était là pour mettre de l’ordre dans la cohue des malades. Mais les soldats ont surtout distribué les chapelets et ont aidé aux soins. Vous êtes moins en danger là que dans l’île Saint Denis.

Que diriez-vous en conclusion ?
Malgré quelques moments où la nostalgie du pays prend un peu le dessus, je ne laisserais ma place pour rien au monde : l’engagement ici est assez exaltant pour satisfaire les plus exigeants. Avec l’aide des bienfaiteurs et des bénévoles de France et d’ici, nous travaillons « comme si tout ne dépendait que de nous ». En union avec celles des bienfaiteurs et des bénévoles de France et d’ici, nous offrons nos pauvres prières, « car tout dépend de Dieu »…

Merci à tous de suivre mes aventures avec autant d’assiduité, merci à tous pour vos prières ! God bless you !

 


3 commentaires

  1. Famille BON junior! dit :

    dis-donc on dirait qu’on te laisse tomber, non? Les messages sont peu nombreux sur les derniers articles!!!! On ne peut même pas partir en vacances tranquille! Enfin, heureusement que les ptits BON s’intéressent à ton sort! Les qq jours à Uzès nous ont fait beaucoup de bien. Hélène a largement profité du jardin et de la GGGGGGGGGGGGGGGrande piscine qui la faisait plutôt frémir le premier jour mais à laquelle elle a peut-être trop(?) pris goût!!! Bref, Damien est rentré ce WE et nous étions plutôt dans les projets de maison, alors je n’ai pas eu le temps de t’écrire. Il rentre vendredi soir et m’a laissé deux trois choses à faire pour que nous puissions éventuellement signer un compromis de vente d’ici pas trop longtemps pour une maison (plutôt une case!!!!!!!! 40m2!!!!!) entourée de 2 hectares de terrain pas constructible pour l’instant mais à 1/4h de pontcharra. Sinon Hélène est toujours aussi bavarde et de plus en plus à l’aise avec les moyens de communication! Germain s’essaie aux quatre pattes avec quelques bosses pour sa bonne volonté!!! Bon courage à toi, la mission se rapproche, nous te soutenons de tout notre coeur et nos prières. Gros bisous et à très bientôt

    REPONSE

    eh oui, chère sœur, les gens se lassent que veux-tu ! « c’est humain’ !!! encore heureux qu’il y ait la famille !
    alors comme ça Hélène découvre la grande piscine « où que même qu’on a pas pied » !!!! Germain découvre la joie des bosses et la joie d’être un peu plus autonome ! et les parents découvre la joie de se dire « jvais avoir une maison pour moi tout seul hihihi »!!!
    que de découvertes !!!
    ici, je découvre la joie de faire des conférences, de discuter avec des gens censés, souriants … oui je sais tu peux pas encore savoir, l’article n’est pas encore paru ! il est en cours de correction ! et ayant fais beaucoup de choses extraordinaires ce week-end, ça prends plus de temps, de corriger et de remettre en forme mais ça arrive t’inquiète !
    ici, il fait chaud, le travail est plus intense, moins de sommeil et de repos, mais plus de joies spirituelles au contact de tous ces gens.
    aujourd’hui c’est Notre-Dame du Mont Carmel, nous avons donc décidé de dire le rosaire tout au long de la journée !
    la mission se rapproche en effet ! il faut donc se préparer de façon physique, matérielle, mais aussi et surtout je dirais, par la prière !
    voilà voilà chère soeur ! merci beaucoup pour ce petit message ! je vais de ce pas poser une question sur mon site pour obtenir des réponses et donc des commentaires !
    gros bisous à toute la petite famille et à très bientôt !
    vos prières nous soutiennent grandement !
    CLOTILDE

  2. Elizabeth Phalen, MD dit :

    Hi!
    I don’t read much of the French, but love your blog of the Rosa Mystica Mission to the PI. I went on the mission last year with five confreres, and experienced first hand what you did this year. We were in GenSan City, and didn’t get as far as Bohol, as you did. Certainly this is an experience every medical person should live. Thank you for the great pics and the good article! Maybe I’ll meet you in the PI next time!
    Your fellow Rosa « mysticist »
    Elizabeth (Clayton, North Carolina, USA)

    ANSWER

    Hi Elizabeth !
    thank you for your message. I was very happy to read it this morning. as yous say, it’s a really good experience for a medical person, but also for a catholic person!
    in this time I am working on a abortion counciling, and it’s really nice to do that.
    if you come to the next mission in August, I will surely see you !
    I like this sentence « Your fellow Rosa « Mysticist » !!!
    God bless you.
    CLOTILDE

  3. Elizabeth Phalen, MD dit :

    Clotilde, I found your blog again in preparation for the mission to Sarangani province July 26 – Aug 1, 2009. Several of us are going from the US, some new people also. There is such a need … will I see you there? God bless your pro-life work. It is so needed today. Pray for us all and the people of the Philippines.

    Elizabeth

Répondre

Apprenti du monde |
tahiti |
Travelling Addict |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vadrouille en Asie
| Stef et Pat à Los Angeles
| Down under // Tu lis ce blo...